Votre panier est vide.

Quand peut-on prendre l’avion après un AVC : Combien de temps à attendre et conseils pour voyager en sécurité

homme attendant dans le terminal de l'aéroport en vol après un AVC

Il faut combien de temps après un accident vasculaire cérébral (AVC) avant que vous puissiez prendre l’avion ? Quelles conditions le rendraient dangereux ?

Quel est le risque d’avoir un autre AVC en route et, s’il advient, qu’est-ce qui se passerait dans le pire cas ?

Toutes sont des questions pressantes à n’importe qui voulant voler après un AVC. 

Apprenons les conseils généraux, afin de vous apprêter pour prendre l’avion après un AVC en sécurité.

Conseils pour prendre l’avion après un AVC

La Société Américaine des AVC suggère que, après un accident vasculaire cérébral (AVC), le mieux est d’attendre au moins deux semaines avant de voler : si des nouvelles conditions arrivent pendant cette période, vous voudriez que les soins médicaux soient disponibles.   

Et plus précisément, puisque chaque AVC est différent, le temps actuel d’attendre avant de voler est différent pour chaque personne.   Demandez à votre médecin combien de temps il faut attendre avant que vous puissiez prendre l’avion après votre AVC. 

Il faut aussi qu’on se rende compte du risque de subir un autre AVC lorsqu’on est en avion. 

Les personnes qui ont subi un AVC porte un risque de 20 % de subir un autre AVC pendant le premier mois.  Donc, pour éviter subir un AVC en avion, c’est une bonne idée d’attendre même un mois. 

En général, votre équipe médicale vous permettrait de voler si vos conditions médicales sont stables.  Sinon, c’est le mieux de rester sur terre où les soins médicaux urgents sont rapidement et facilement disponible. 

Ne jouez pas avec votre vie : si vos plans de voyage sont flexibles, le mieux serait d’attendre. 

Les risques à considérer avant de prendre l’avion après un AVC\

avion volant patients AVC

En comprenant les risques de voler après un accident vasculaire cérébral (AVC), vous puissiez discuter, en connaissance de cause, avec votre médecin sur quand vous puissiez prendre l’avion en sécurité.  Voici quelques complications qui rendent voler après un AVC risqué :

Hypercoagulabilité (caillots sanguins excessifs)

Hypercoagulabilité augmente le risque de caillots sanguins excessifs qui, à son tour, augmente le risque d’un AVC ischémique, où une artère devient bouchée par un caillot sanguin.    

De plus, s’asseoir dans un avion pendant de longues périodes augmente le risque de thrombose veineuse, où un caillot sanguin se forme dans la jambe et peut, en se détachant, boucher une artère dans les poumons (une condition mortelle qui s’appelle embolie pulmonaire). 

Moins d’oxygène pour le cerveau

La pression de l’air est moins en avion, ce qui veut dire que moins d’oxygène est disponible pour le corps : y compris le cerveau.  Et on en a besoin critique pendant la récupération d’un AVC [voir oxygénothérapie pour l’AVC], donc il vaut mieux d’éviter s’asseoir dans un environnement privé d’oxygène pendant des périodes prolongées. 

Le risque de récurrence d’un AVC

Le risque de subir un autre AVC est 20 % pendant le mois suivant le premier.  Si quelqu’un subit un AVC en plein vol, le pilote va essayer de tenter un atterrissage d’urgence pour vous obtenir une assistance médicale.

Quoi qu’il en soit que les atterrissages d’urgence ont sauvé les vies, ça prolonge encore le temps avant que vous puissiez recevoir des traitements et c’est pourquoi il y a nombreux des médecins qui ne suggèrent pas que vous volez après un AVC.

Et maintenant que vous comprenez les risques de prendre l’avion après un AVC, discutons comment on peut rendre votre voyage aussi sûr que possible. 

Conseils pour prendre l’avion après un AVC

 patient victime d'un AVC recevant une assistance spéciale à l'aéroport

Si les médecins vous ont permis de voler, voici des conseils pour améliorer votre sécurité et votre bien-être :

  • Portez des chaussettes de compression.  Si vous avez l’hypercoagulabilité, elles aideraient les veines et les muscles de jambes afin que le sang puisse couler plus efficacement.
  • Marcher partout quand le voyant ceinture de sécurité est éteigne.  Bouger aide à prévenir des problèmes impliquant coaguler de sang comme thrombose veineuse.  Si vous ne pouvez marcher partout pendant une période prolongée, à cause de turbulence ou n’importe quelle autre raison, au moins exercez les jambes lorsque vous êtes assis (marchez en place, fléchissez les genoux, faites jouer les muscles de la cheville, etc.).   
  • Gardez les médicaments dans votre bagage à main et assurez-vous de ne pas les laisser dans vos bagages enregistrés. 
  • Portez des documents médicaux et déclarez des médicaments une fois arrivé dans un nouveau pays : il y a des pays qui peuvent confisquer les médicaments non déclarés, donc ne laissez pas ça vous arrive.
  • Contactez la société aérienne pour obtenir l’assistance spéciale si vous avez besoin d’assistance avec la vision, l’ouïe, le transport, un fauteuil roulant et des appareils médicaux, etc.  
  • Obtenez une assurance voyage parce qu’il se peut que les soins médicaux soient très chers à votre destination.
  • Voyagez pendant les heures normales pour vous débarrasser du stress de se réveiller trop tard. L’hypertension artérielle est un facteur de risque que vous voulez éviter.   
  • Vous vous donnez une heure supplémentaire pour passer la sécurité et marcher à votre terminal.
  • Voyagez avec un compagnon si c’est possible pour que quelqu’un soit prêt à vous assister s’il est nécessaire.

Dans l’ensemble, c’est à votre médecin de décider si et quand vous pouvez prendre l’avion en sécurité après un AVC.   Les facteurs de risque et les complications sont différentes pour tous, ce qui rend les temps d’attente après un AVC différents aussi.

Si votre médecin vous autorise de voler, nous espérons que ces conseils vous aident à prendre l’avion en sécurité. 

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Dès que là, le lundi vous recevrez notre lettre d’information contenant 5 articles sur la récupération d’un accident vasculaire cérébral (AVC).  

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt