Votre panier est vide.

La chronologie de récupération après un AVC : combien de temps faut-il ?

Une horloge se superpose sur une médecin pour signifier le sujet de cet article : la chronologie de récupération après un AVC.

Combien de temps faut-il pour récupérer après un AVC ?  C’est une question bien posée par des survivants et soignants dont la réponse n’est pas tout à fait simple. 

Le vôtre progressera d’une manière qui diffère de celles des autres survivants, y compris la durée, qui dépend justement de la situation particulière.  

Malgré l’impossibilité de la prévoir précisément, cet article plantera les principaux jalons pour que vous puissiez comprendre à quoi s’attendre.    

Les liens ci-dessous vous emmèneront à leurs sections correspondantes :

Combien de temps faut-il pour récupérer après un AVC ?

Un AVC survient quand l’approvisionnement en sang du cerveau devient comprimé, soit à cause d’une artère qui se bouche (un AVC ischémique), soit d’une artère qui se rompt (un AVC hémorragique).  

L’arrivée d’un AVC rend la région affectée du cerveau dépourvue du sang et l’oxygène vital qu’il emporte, c’est pourquoi il faut vite des traitements pour arrêter l’AVC, restaurer le flux sanguin et sauver une vie. 

La durée de la récupération se rapporte à de nombreux facteurs, tels que la taille et la position de l’AVC, votre âge et l’état de votre santé avant l’AVC.  La vitesse du traitement importe profondément à la perspective de la récupération. 

Dans les grandes lignes, la récupération se passe plus vite suivant un AVC mineur que les AVC qui affectent les plus grandes régions du cerveau.  Pourtant c’est impossible de dire et, à ce titre, on trouve plutôt les experts qui nous présentent une réponse telle que « Tous les AVC diffèrent, alors chaque récupération agit ainsi. »

Les facteurs qui décident la chronologie de votre récupération

Une carte du cerveau en multicolor.

Il y a deux principaux facteurs qu’on implique dans la chronologie de récupération : la taille et la location de l’AVC. 

À propos de la taille, les AVC mineurs peuvent n’emporter que les dommages minimaux, ce qui entend une récupération d’une plus courte durée ; tandis qu’au cas d’un AVC massif (souvent révélé par une marque plus élevé sur l’échelle AVC du NIH), la récupération peut exiger plus de temps et du travail intensif. 

Quant à la location, un AVC peut affecter différentes régions du cerveau, ce qui complique le rétablissement, vu que ces diverses régions gèrent diverses fonctions du corps.  Alors les effets secondaires varieront selon le dommage. 

Par exemple, les AVC gauches peuvent affecter le langage (parce que, pour la plupart des gens, l’aire de Broca, ou centre de langage se trouve dans l’hémisphère gauche du cerveau). Les AVC droits, en revanche, peuvent entrainer des effets secondaires complètement différents.  

Comme vous pouvez l’imaginer, les variations de l’AVC en taille et location touchent au fond cette chronologie ; qui se rapporte aussi à l’âge à l’état de santé avant l’AVC, où la jeunesse et la santé indiquent généralement une plus courte récupération. 

Lorsque s’avance le rétablissement, on peut saisir l’occasion de comprendre, dans les grandes lignes, à quoi s’attendre : ce qui est le sujet de la section suivante. 

Les jalons sur le chemin de rétablissement

On doit répéter que les chronologies de récupération diffèrent autant que les personnes auxquelles elles appartiennent.  

Par exemple, bien que deux personnes puissent subir un AVC dans la même région du cerveau, la durée de récupération peut encore varier.  Un survivant d’un AVC gauche peut avoir du mal à parler, ou en être incapable, tandis que les troubles de l’autre résident en se rappelant les mots : et la durée de la récupération peut varier également. 

À cet égard, on peut saisir l’occasion de comprendre des constantes sur le chemin de rétablissement, afin que vous puissiez savoir à quoi s’attendre. 

Jour 1 : on traite l’AVC

Une équipe médicale s'occupe de sa patiente allongée sur un brancard après avoir subi un AVC.

Un AVC constitue une urgence médicale et plus de temps passé sans intervention, plus qu’on prive les cellules cérébrales du sang, riche en oxygène, ce qui provoque les dommages cérébraux.  Alors, il faut vite des traitements pour arrêter l’AVC et sauver la vie.

Au début, on admet le patient aux services des urgences afin de régler la maladie et identifier le type d’AVC (ischémique ou hémorragique), et après administrer les traitements correspondants : que peuvent impliquer soit les médicaments qui dissolvent le caillot, soit la chirurgie. 

Une fois traité, la rééducation commence tout de suite, habituellement juste devant le lit hospitalier.  On le fait immédiatement pour profiter de l’état de neuroplasticité élevé dans le cerveau et pour minimiser l’atrophie musculaire qui accompagne souvent les séjours à l’hôpital.   

Cette neuroplasticité, la capacité du cerveau de se recâbler, permet aux régions saines de prendre la relève des fonctions affectées par l’AVC.  La récupération se fonde sur ce processus.   

Pendant les premiers stades, la neuroplasticité s’augmente du phénomène de récupération spontanée : les améliorations brusques qui arrivent souvent pendant ce stade lorsque le cerveau est en train de se guérir rapidement après la blessure.   

Semaines 1 à 3 : la sortie de l’hôpital

Les séjours à l’hôpital durent de 1 à 3 semaines, selon la sévérité de l’AVC et le genre de complications médicales impliquées.  Pendant cette période, vous collaborerez avec une équipe d’experts robustes qui évalueront votre état et tous les effets secondaires que vous pouvez subir, tels que les troubles physiques ou cognitifs. 

Votre équipe médicale sera très attentive à votre capacité à prendre soin de vous tout seul et à effectuer suffisamment les activités quotidiennes (telles qu’utiliser la toilette, s’habiller, et marcher à courte distance). 

Avant de sortir de l’hôpital, votre équipe de rétablissement aidera à développer votre plan de rééducation, y compris les suggestions des prochaines étapes que vous devez commencer.

D’après vos capacités, vous pouvez continuer la rééducation aux lieux suivants après être sorti de l’hôpital :

  • Rééducation hospitalière : Si vous pouvez profiter de la thérapie 3 heures par jour, et que vous pouvez la supporter, votre récupération peut continuer à l’hôpital : pourvu que vous subissiez des déficits substantiels et également que vous fassiez preuve de votre capacité de s’améliorer et que vous ayez de l’assistance en sortant si vous en avez besoin.  
  • Rééducation subaiguë.  Au cas où le niveau de thérapie soit 1 à 2 heures par jour, vous pouvez continuer la récupération dans la rééducation subaiguë : par exemple, aux maisons de soins infirmiers. 
  • Thérapie ambulatoire : Une fois sortis de l’hôpital ou de la rééducation, de nombreux patients continuent la thérapie en visitant une clinique s’il s’avère nécessaire.  

Mois 1 à 3 : où doit se passer la récupération notable

Une physiothérapeute aide un patient atteint d'AVC à effectuer les exercices de rééducation.

Pendant les trois premiers mois de récupération doivent se passer les améliorations notables.  Le cerveau est encore dans un état de neuroplasticité élevé qui rend plus grandes les effets de rééducation.  La récupération spontanée est aussi encore active pendant cette fenêtre.    

Les trois premiers mois après l’AVC découlé, souvent les résultats se ralentissent et atteignent un palier. La plupart de survivants sont revenus au domicile et continuent la récupération, effectuant les exercices à la thérapie ambulatoire et tout seul.

Heureusement, quoique le palier implique un ralentissement, il ne constitue pas la fin de la récupération.  En fait, la récupération peut continuer pour de nombreuses années pourvu que le survivant persévère dans la rééducation. 

Les survivants doivent poursuivre la physiothérapie, ergothérapie et orthophonie jusqu’à ce qu’ils aient regagné les capacités perdues.   

Rester actif au domicile, entre les séances de thérapie, importe aussi pour fournir au cerveau la stimulation constante dont il a besoin pour se recâbler.  

Les programmes de thérapie au domicile, comme le FitMi de Flint Rehab, sont conçus pour l’aider.  Lorsque les survivants s’en servent habituellement d’un système d’exercice au domicile, ils voient souvent les résultats rapides parce qu’ils donnent au cerveau la stimulation nécessaire pour guérir. 

Vous intéressez-vous à un livre d’exercices de récupération d’AVC en PDF ? Cliquez pour télécharger gratis notre livre électronique sur les exercices de récupération d’AVC.

Mois 6 : s’améliore la démarche de la plupart des survivants

Une infirmière aide une patiente atteinte d'AVC à marcher dans le couloir en se servant d'une marchette.

Tandis que la chronologie de récupération s’avance, vous arriverez aux jalons à votre rythme. 

L’un des jalons populaires auxquels les survivants ont hâte de parvenir est de regagner la capacité à marcher (s’ils en étaient dépourvus).   Heureusement, au cas où vous assistiez habituellement à la rééducation, la perspective est positive à 6 mois.  

D’après les études, 65-85 % de patients atteints d’AVC apprendront à marcher indépendamment après 6 mois de rééducation.  Ceux qui récupèrent après un AVC massif avec des effets sévères peuvent prendre plus de temps.    

Il est important de noter que, à ce moment, la récupération spontanée soit probablement finie ; alors on doit assister habituellement aux programmes de rééducation pour réaliser des résultats pareils et avancer la récupération.  

Heureusement, la récupération de fonctions reste toujours possible pourvu que le patient persévère dans la rééducation.  

2 ans : la récupération semble plutôt différente pour tout le monde

Après deux ans, il est impossible de dire où se trouvent les survivants sur le chemin de rétablissement : certains peuvent avoir tout à fait récupéré la fonction tandis que d’autres poursuivent encore la rééducation. 

Une statistique confortant révèle que, parmi les survivants d’AVC qui ne peuvent pas marcher sans aide après 6 mois, 74 % doivent marcher avant deux ans : ce qui est une bonne raison de persévérer dans la rééducation.

À partir de 5 ans : la récupération de fonctions peut continuer

Au fil du temps, la récupération semble encore plus différente pour tout le monde.  Tout dépend de vos effets secondaires singuliers et la constance en participant à la rééducation.   

Une étude a trouvé, après avoir suivi des survivants d’AVC pendant 5 ans, que « le niveau de fonction et capacités motrices après 5 ans équivaut celui mesuré à 2 mois », et, tandis que cette conclusion peut avoir un mauvais air, il y a encore une leçon importante dont on peut profiter. 

Les chercheurs attribuent les accomplissements des deux premiers mois à l’intensité de la rééducation hospitalière et c’est probable que beaucoup de ces survivants avaient cessé d’y assister depuis.     

Alors, pour continuer d’effectuer les résultats pendant les mois et années suivant un AVC, vous devez persévérer dans la rééducation bien après être sorti de la thérapie hospitalière.  Et c’est pendant cette période que les programmes de thérapie au domicile peuvent vous aider, particulièrement puisque l’assurance ne couvrira que rarement les thérapies à la clinique aussi longtemps après un AVC. 

Comment progressent-ils les autres aux stades différents

Il vaut la peine de répéter que tous les AVC sont différents, alors chaque récupération l’est ainsi.  Le progrès après 5 ans varie tant selon le survivant. 

Mais voir comment vont les autres aux divers moments de leurs propres chronologies de récupération après un AVC peut encore nous encourager.

Vous trouverez ci-dessous les accomplissements de grands survivants en train de récupérer après un AVC.  Ces vidéos appartiennent à des personnes qui s’en servent de notre propre FitMi thérapie au domicile et qui ont fourni leurs vidéos afin que d’autres puissent profiter des exemples.

Anthony : 1 an après l’AVC

Voici Anthony, qui a subi une paralysie du côté gauche (hémiplégie) après son AVC.  Après trois mois, il a commencé à utiliser le FitMi comme programme d’exercice au domicile, et il s’améliore encore. Il reste les troubles de la mobilité de la main, dont la récupération exige souvent plus de temps que celle du bras ou de la jambe, mais sa main continue de s’améliorer en fonction avec la rééducation constante. 

Mary : 2 ans après l’AVC

Voici Mary, une survivante d’AVC qui a subi un coma pendant 5 semaines après son AVC et qui nous fournit un exemple magnifique de la récupération, bien que ses premiers stades soient plutôt sombres.  

Mary a subi une paralysie du côté droit (hémiplégie) et elle a assisté à la rééducation hospitalière pour 5 semaines.  Après deux ans, elle se croyait arrivée à un palier, mais elle l’a surmonté en poursuivant constamment un programme d’exercice au domicile. 

Carol : 3,5 ans après l’AVC

Voici Carolyn, une survivante d’AVC qui a surmonté une paralysie du côté droit.  Après avoir sorti de la rééducation hospitalière, elle s’en servait du FitMi thérapie au domicile pour continuer de s’y améliorer.  Maintenant, elle peut conduire, faire du vélo et voyager en confiance. 

Becky : 11 ans après l’AVC

Voici Becky, une survivante d’un AVC du tronc cérébral il y a 11 ans.  Les AVC du tronc cérébral peuvent entrainer une maladie qui s’appelle le syndrome d’enfermement, où la personne est devenue effectivement paralysie sauf les yeux.  Becky a fait beaucoup pour surmonter la paralysie et regagner la mobilité, et elle nous démontre ce qui est vraiment possible.   

La récupération après un AVC prend du temps

Nous espérons que cet article vous a fourni l’aperçu et l’espoir dont vous avez besoin pour s’engager à la récupération. 

Votre chronologie de récupération singulière après un AVC sera influencée par des facteurs hors de votre contrôle, tels que votre âge et la taille et la location de votre AVC.  Cependant, il reste des facteurs que vous pouvez contrôler, comme votre assistance à la rééducation au domicile.  

Au fond, le plus de progrès arrive aux patients qui croient en eux-mêmes et persévèrent habituellement dans la rééducation.  Votre cerveau a besoin de votre aide pour se recâbler et rétablir les capacités perdues.

Bonne chance sur le chemin de récupération.

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt