Votre panier est vide.

L’aspirine en tant que soin d’urgence : comprendre les risques et la chronologie

Médecin en attente à l'extérieur de l'hôpital avec de l'aspirine pour le traitement d'urgence de l'AVC

Au cas où quelqu’un montre les signes d’un AVC, il faut appeler à l’aide d’urgence tout de suite et ne lui donner aucun médicament, tel que l’aspirine.  Votre réponse rapide peut sauver une vie.  

Seulement les docteurs doivent fournir au patient de l’aspirine après avoir fait un scanner cérébral et confirmé le diagnostic. 

Cet article éclaircira pourquoi certains médicaments, comme l’aspirine, peuvent être dangereux si on les administre sans l’approbation d’un médecin.  Puis, on abordera les cas qui emploient en sécurité de l’aspirine en tant que soin d’urgence pour traiter les AVC, ainsi que pour les prévenir.  

Est-ce qu’on peut utiliser de l’aspirine en tant que soin d’urgence ?

Au cas d’une urgence médicale, vous ne devez pas prendre de l’aspirine tout seul. 

Seulement les médecins doivent administrer de l’aspirine après avoir fait un scanner cérébral et identifié le type d’AVC : ischémique ou hémorragique. 

Les AVC ischémiques proviennent d’une artère du cerveau qui se bouche, et ils représentent 87 % des AVC.  Les AVC hémorragiques, en revanche, se passent quand une artère du cerveau se rompt, et ils souvent exigent une chirurgie. 

Reconnaître le type d’AVC est essentiel en les traitant parce que les méthodes diffèrent largement. 

En traitant les AVC ischémiques, les médecins souvent utilisent des médicaments comme le tPA ou l’aspirine qui combattent les caillots sanguins ainsi que servent d’un anticoagulant.  

Les cas où les médecins peuvent administrer de l’aspirine en sécurité pour traiter un AVC

Il y a une certaine période où on peut administrer les médicaments pour traiter un AVC, ce qui constitue une autre raison qu’on doit appeler à l’aide d’urgence aussitôt que possible.   

Voici les meilleures périodes pour administrer le tPA ou de l’aspirine après un AVC :

  • Il faut administrer le tPA pendant les 3-4.5 heures après le début de l’AVC
  • Avec l’aspirine, cette période est allongée et déplacée aux 24-48 heures après le début de l’AVC

Utiliser les anticoagulants comme l’aspirine en traitant un AVC hémorragique peut empirer la condition et le pronostic et, aux pires cas, mène à la mort.

C’est pourquoi seulement les médecins doivent administrer de l’aspirine, et qu’il faut chercher les soins d’urgence afin qu’ils puissent diagnostiquer le type d’AVC et agir ainsi. 

Prendre quotidiennement de l’aspirine pour prévenir les AVC

Un médecin donne à son patient de l'aspirine, ce qui est un thème majeure de cet article : seulement les médecins doit donner l'aspirine aux patients d'AVC, parce que dans certains cas, les effets peut s'avèrent nuisibles.

Après avoir traité l’AVC, les médecins doivent suivre le protocole afin de prévenir un second AVC. 

Au cas d’un AVC ischémique, les médecins peuvent prescrire une dose quotidienne d’aspirine faible qui peut prévenir un autre caillot de sang dans le cerveau.  Cette dose variera selon vos facteurs de risque singuliers. 

Les doses faibles varient de 75 à 150 mg, mais les doses habituelles, comme 325 mg, peuvent être prescrites à d’autres patients.

Certaines études montrent qu’un usage prolongé d’aspirine peut augmenter le risque d’un AVC hémorragique.  De plus, prendre les doses faibles d’aspirine peut emporter une hémorragie de l’estomac ou d’autres complications, qui sont empirées par la consommation d’alcool. 

Cependant, les chercheurs notent aussi que les avantages de l’aspirine faible peuvent être supérieurs aux risques.  Alors, il faut parler à votre médecin afin de débrouiller le sujet et choisir un protocole de prévention qui vous convient.    

L’aspirine ne convient pas aux patients qui ont subi un AVC hémorragique, donc les médecins choisiront de traiter d’autres conditions antérieures, comme l’hypertension, qui se rapportent aux AVC hémorragiques.

Comprendre le rapport entre l’aspirine et les AVC

L’aspirine est un anticoagulant que seulement les médecins doivent administrer en traitant un AVC. 

Au cas d’un AVC ischémique, les médecins peuvent administrer l’aspirine dans les 24-48 heures après le début de l’AVC pour dissoudre le caillot sanguin et traiter l’AVC. 

Au cas d’un AVC hémorragique, on doit éviter l’aspirine parce qu’elle peut empirer l’hémorragie dans le cerveau.

Prendre de l’aspirine en tant que soin d’urgence et en prévenant les AVC porte son propre risque.  Il vaut mieux consulter à votre médecin avant de prendre les médicaments. 

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt