Votre panier est vide.

Gérer l’anxiété après un AVC : méthodes et traitements

senior woman looking out window, absorbed in thought because she has anxiety after stroke

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) peuvent entraîner divers effets physiques et émotionels dont l’un des défis émotionnels les plus courants est l’anxiété.

L’anxiété après un AVC peut être difficile, alors cet article vous guidera à travers les différentes options que vous pouvez utiliser pour la gérer : y compris les médicaments et les alternatives naturelles.

Comprendre l’anxiété après un AVC

C’est une réponse, à la fois physique et psychologique, à une situation effrayante, l’anxiété.  Anxiety is a physical and psychological response to a frightening situation. Mais les sentiments de peur, d’inquiétude, de malaise et divers effets psychologiques peuvent devenir constants.

En particulier, après un accident vasculaire cérébral (AVC), vous pouvez ressentir de l’anxiété provenant de votre état de santé. 

En fait, une nouvelle étude une nouvelle étude a révélé que 25 % cent des survivants d’un AVC ressentent une anxiété modérée à sévère, de deux à huit semaines après un AVC.

Certaines des inquiétudes les plus courantes signalées par les survivants d’un AVC comprennent :

  • Subir d’un autre AVC ou d’un AIT, surtout en public ou pendant le sommeil.
  • Être incapable de communiquer en cas d’urgence
  • Se sentir gêné dans des situations sociales
  • Être incapable de conduire
  • Inquiéter qu’on ne se sente jamais mieux

On peut comprendre la plupart de ces peurs, qui sont aussi normales et saine.  Cependant, si l’anxiété persiste et devient écrasante, vous avez peut-être développé un trouble anxieux.

Identifier les troubles anxieux après un AVC

Les sentiments constants d’inquiétude font partie des troubles anxieux, mais il y a plus que cela. 

Ce qui différencie les troubles anxieux de l’anxiété normale, c’est l’intensité.  Tout le monde se sent parfois nerveux, mais pour une personne souffrant d’un trouble anxieux, cette nervosité est accablante : il peut même les empêcher de faire ce qu’ils aiment.

D’autres signes de trouble anxieux comprennent :

  • Se sentir irritable
  • Difficultés de concentration
  • Fatigue constante et problèmes de sommeil
  • Songer constamment aux choses qui vous inquiètent
  • Continual feelings of impending danger, with physical sensations such as restlessness and rapid heart rate

La plupart des troubles anxieux après un accident vasculaire cérébral (AVC) proviennent des changements psychologiques et biologiques dans le cerveau, ce qui signifie qu’ils peuvent nécessiter des approches de traitement plus complexe.

Gérer l’anxiété après un AVC

La première mesure que vous pouvez prendre pour gérer l’anxiété après un AVC est de rechercher.  Parler de vos sentiments à un médecin ou à un psychologue peut vous aider à débrouiller l’incertitude et à vous redonner un certain contrôle.

On a aussi des méthodes plus spécifiques pour gérer l’anxiété :

1. Pleine conscience

L’entraînement à la pleine conscience est l’un des meilleurs moyens de gérer l’anxiété après un AVC.

La pleine conscience, ça veut dire simplement se concentrer sur le moment présent, vous aidant à arrêter de vous attarder sur ce que l’avenir peut vous réserver, qui est souvent source d’anxiété.

À cette fin, il est utile d’avoir un point focal qui attire votre attention sur le corps.  On choisit souvent de se concentrer sur la respiration : lorsqu’on y est, c’est beaucoup plus difficile pour les pensées et les inquiétudes de s’infiltrer. 

Fermez les yeux et inspirez lentement. Imaginez l’air entrant par le nez, remplissant les poumons et dilatant l’abdomen. Ensuite, lorsque vous expirez, imaginez l’air s’écoulant dans la même manière.

Une fois que vous l’avez fait plusieurs fois, essayez d’élargir votre conscience en constatant des sensations que vous ressentez. Quels sons entendez-vous ? Comment se sentent vos pieds au sol ? Quelles émotions ressentez-vous ?

Pendant les périodes de pleine conscience, on peut également faire une relaxation musculaire progressive pour augmenter la conscience du corps et réduire les tensions musculaires qui s’accumulent souvent avec l’anxiété.  Cela implique la tension progressive des groupes musculaires, suivie de leur relaxation.  On commence par les pieds, en frisant les orteils, les tenant quelques secondes, puis les relaxe. Ensuite, on passe aux chevilles, en les pliant vers le haut, les tenant, puis à nouveau les relaxe. On continue ainsi, en remontant le corps jusqu’à arriver à la tête.  Une fois terminés, les muscles devraient se sentir plus détendus et on aura passé du temps à prendre conscience de chaque zone du corps.

Pendant au moins cinq minutes chaque jour, entraînez-vous à être présent dans l’instant comme ci-dessus.  Try to keep yourself present like this for at least five minutes each day. Si vous avez du mal à vous entraîner à la pleine conscience de manière indépendante, il existe diverses applications et vidéos en ligne qui peuvent vous aider à rester attentif à votre respiration et vous guider dans la relaxation musculaire progressive. Vous devriez remarquer que votre anxiété diminue au fur et à mesure que vous entraînez.

2. Thérapies comportementales et cognitives (TCC)

Si l’entraînement à la pleine conscience est encore trop difficile, des thérapies comportementales et cognitivos (TCC) peuvent vous aider à gérer l’anxiété.

C’est le traitement le plus scientifiquement vérifié pour les troubles anxieux, les TCC : à tel point qu’il existe plus de 1000 études sur 10000 patients qui démontrent toutes son efficacité.  La TCC est utilisé avec succès sur une grande variété de troubles, y compris les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

Il y a trois principes fondamentaux de la TCC :

  • Les croyances entraînent des sentiments
  • Les sentiments dictent le comportement
  • Le comportement renforce les croyances

Par conséquent, la plupart des traitements de TCC se concentrent sur l’identification de schémas de pensée malsains.

Par exemple, si vous souffrez d’anxiété après un AVC, un thérapeute cognitif peut vous aider à identifier les pensées alimentant votre anxiété. Ensuite, ils vous apprendront des techniques utiles pour empêcher ces pensées de vous consommer.

Ils peuvent également vous montrer des moyens efficaces de vous distraire de l’anxiété. Par conséquent, si vous avez du mal à trouver de bonnes méthodes d’adaptation à l’anxiété, essayez de parler avec un thérapeute cognitivo-comportemental.

Certaines stratégies d’adaptation qu’ils peuvent suggérer comprennent :

  • Faire de l’exercice
  • Passer du temps dehors
  • Tenir un journal
  • Yoga
  • Écouter de la musique
  • Prendre une pause pour du temps personnel chaque jour

3. Médicaments

Parfois, l’anxiété après un accident vasculaire cérébral (AVC) provient des dommages aux parties du cerveau qui contrôlent les émotions et, dans ces cas, les médicaments peuvent être bénéfiques.

Certains des médicaments les plus couramment prescrits pour l’anxiété post-AVC comprennent :

  • Benzodiazépines, qui traitent directement l’anxiété
  • Buspirone
  • Antihistaminiques tels que l’hydroxyzine

Ces médicaments ne sont généralement utilisés qu’à court terme. Par exemple, ils peuvent aider à maîtriser l’anxiété d’une personne si elle est grave. Cependant, ils ne conviennent pas à une utilisation prolongée, car leur efficacité s’estompe assez rapidement. 

Ils peuvent également provoquer des symptômes de sevrage dangereux qui favorisent la dépendance. De plus, une utilisation à long terme peut même nuire à la récupération (impair recovery).

Pour l’anxiété chronique, en revanche, les médecins préfèrent prescrire des antidépresseurs comme la venlafaxine.

Parce que les médicaments contre l’anxiété sont si puissants, ils ne devraient être utilisés que lorsque les alternatives naturelles ne sont pas efficaces. Ne jamais commencer, modifier la posologie ou arrêter aucun médicament contre l’anxiété sans d’abord consulter votre médecin.

4. Régime alimentaire

Enfin, certains aliments peuvent exacerber l’anxiété. Par conséquent, changer votre alimentation peut aider à réduire ou même à éliminer l’anxiété après un accident vasculaire cérébral (AVC).

Certains aliments courants qui provoquent de l’anxiété (anxiety-inducing foods) comprennent les aliments sucrés et d’autres tels que :

  • Aliments transformés
  • Gluten (blé, orge, seigle)
  • Caféine
  • Produits laitiers
  • Alcool

Cependant, tous ces aliments ne causeront pas nécessairement de l’anxiété et il est possible d’avoir des sensibilités alimentaires à seulement quelques-uns d’entre eux.  La meilleure façon de déterminer quels aliments vous affectent est d’essayer un régime d’élimination.

Un régime d’élimination consiste à supprimer tous les aliments déclencheurs possibles de votre alimentation. Ensuite, une fois que vous avez éliminé tous ces aliments pendant quelques semaines, vous pouvez rajouter un aliment à la fois.

Par exemple, si votre anxiété diminue après avoir éliminé le gluten, mais revient lorsque vous l’ajoutez de nouveau, essayez de suivre un régime sans gluten à partir de maintenant : il aggrave probablement votre anxiété.

Consultez notre liste des meilleurs aliments pour la récupération d’un AVC pour obtenir des idées d’aliments qui ne déclencheront pas votre anxiété.

Débrouiller l’anxiété après un AVC

Il est courant de se sentir anxieux après un AVC : en fait, la plupart des patients éprouvent des sentiments d’inquiétude.  Cependant, si ces sentiments persistent pendant des semaines et affectent la vie quotidienne, vous avez peut-être développé un trouble anxieux.

Le meilleur traitement pour les troubles anxieux implique généralement une combinaison de pleine conscience, de thérapie cognitive et de changements de régime ; mais les cas graves peuvent exiger des médicaments.  Nous espérons que ce guide pour gérer l’anxiété après un AVC vous aidera à trouver la paix.

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Dès que là, le lundi vous recevrez notre lettre d’information contenant 5 articles sur la récupération d’un accident vasculaire cérébral (AVC).  

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt