Votre panier est vide.

Est-ce que le stress peut provoquer un AVC ? Oui, et voici comment on le contrarie

femme à la recherche de stress avec la main sur le front

Tout le monde sait que le stress chronique est nuisible.  Il peut emporter des maladies telles que l’insomnie et les troubles digestifs, que de nombreuses gens ont subies pendant la vie.  Mais, est-ce que le stress peut provoquer un AVC ?  Bref, oui, la recherche montre que le stress est un principal facteur de risque d’AVC. 

Dans cet article, nous approfondissons comment le stress élève le risque d’un AVC, et les mesures qu’on peut prendre afin d’améliorer la santé générale.   

Table des matières

Comment est-ce que le stress peut provoquer un AVC ?

Les AVC surviennent quand l’approvisionnement en sang du cerveau devient compromis par une artère qui soit se bouche, soit se rompe.  Cet évènement peut s’avérer mortel et il faut des soins médicaux tout de suite qu’on puisse minimiser le dommage au cerveau et sauver la vie.    

Avant qu’un AVC soit survenu, il y a souvent des dommages antérieurs au système circulatoire, tels qu’une faiblesse ou un rétrécissement des artères : et c’est là qu’on trouve le rapport entre les AVC et le stress.  Le stress chronique contribue aux dommages artériels et augmente ainsi le risque d’un AVC.  Mais, comment est-ce que cela se passe exactement ?   

Lorsque le corps subit du stress, il libère des hormones telles que le cortisol.  Ces hormones aident le corps à retenir l’eau, le sodium et le sucre qui entretiennent la pression sanguine d’une façon qui assure que le corps puisse fonctionner physiquement. 

Et tandis que ce processus peut s’avérer utile, si on se trouve dans une situation agressante, garder le corps dans cet état pendant des longues périodes peut entrainer de mauvaises conséquences sur la santé.  

Une pression sanguine élevée ou une hyperglycémie peuvent emporter l’hypertension et le diabète, respectivement, qui constituent deux principales causes d’AVC.

De plus, le stress chronique peut causer des habitudes malsaines comme le tabagisme, qui est lui-même une autre principale cause d’AVC parce qu’il rétrécit les artères, épaissit le sang et augmente les chances d’un caillot sanguin.    

Les statistiques à propos du stress et le risque d’un AVC

Maintenant que vous comprenez le rapport entre le stress et les AVC, approfondissons quelques études et statistiques. 

Voici des statistiques qui montrent comment le stress chronique mène aux AVC si on ne le gère pas :

  • L’hypertension. Lorsque le stress chronique provoque l’hypertension, il peut affaiblir les artères.  Une étude de 2015 a montré que 77 % de gens qui viennent de subir un premier AVC subissent aussi une hypertension. 
  • La réactivité de la pression sanguine.  Quand la pression sanguine s’élève à cause de stress, on l’appelle la réactivité de la pression sanguine.  Une étude de 2001 a trouvé que les hommes avec une réactivité exagérée ont un risque d’AVC augmenté par 72 %.  Cette exagération se rapporte aussi à l’athérosclérose et l’hypertension, qui sont également deux facteurs de risque d’AVC. 
  • Les habitudes stressantes. Les gens qui portent des habitudes stressantes, telles que les personnalités de type A et une consommation excessive des boissons énergisantes, ont un risque élevé d’AVC, d’après cette étude de 2012.
  • Le stress de travail. Une étude longitudinale de plus de 5 000 personnes a trouvé que ceux qui portent une intensité de stress élevée doublent presque leur risque d’un AVC fatal en comparaison des personnes qui ont un niveau de stress plutôt habituel.    
  • Le diabète. Lorsqu’on entretient une hyperglycémie en réponse d’un stress chronique, il peut contribuer au diabète, qui est une autre principale cause d’AVC.  Les personnes qui subissent un diabète ont deux fois plus de chances de subir un AVC en comparaison des autres, selon l’Association américaine des AVC.

Les 5 principales causes d’AVC (aux États-Unis) comprennent l’hypertension, un taux de cholestérol élevé, le tabagisme, l’obésité et le diabète.  Et comme vous venez d’apprendre, les études ont directement lié le stress chronique à l’hypertension et le diabète.     

Tandis qu’aucune étude signifiante n’a lié directement le stress aux autres causes d’AVC, il se peut qu’il y ait des liens indirects.  Par exemple, le stress chronique peut mener aux décisions malsaines dans le régime, qui peuvent entrainer l’hypertension et l’obésité.   

Maintenant que vous comprenez comment le stress peut augmenter le risque d’un AVC, discutons comment on reconnaît les signes du stress chronique. 

Quels sont les signes d’un stress chronique ?

Parfois, le stress est habituel et même psychologiquement avantageux. Dans ce cas, les effets ne durent que quelques minutes ou heures et s’effacent avec l’évènement stressant.  Pourtant, un stress prolongé ou un stress chronique peut produire des symptômes physiques et psychologiques. 

Voici quelques symptômes de stress chronique qui sont bien recherchés :

  • Les troubles digestifs.  Le stress se rapporte aux causes et à l’empirement de troubles digestifs comme le syndrome du côlon irritable et la constipation.
  • L’insomnie. On a montré que le stress augmente le risque d’insomnie, qui peut entrainer plus de stress et alors vrille vicieusement ainsi. 
  • Les changements de la libido. De nombreuses études ont lié les niveaux de stress élevés à une libido diminuée et un mécontentement en relations.  
  • Les changements de l’appétit. Certains gens ont la tendance de consommer plus quand elles sont stressées, tandis que d’autres consomment moins.  Ceux-là ont aussi la tendance de choisir les aliments réconfortants au lieu des aliments sains. 
  • Les maux de tête. Dans une étude des gens qui subissent chroniquement les maux de tête, on a trouvé que les évènements stressants précèdent les maux de tête dans 44 % des cas.

Les sources de stress chronique les plus courantes sont les relations difficiles, les difficultés financières et les boulots pressants ; ce dernier ayant le plus de preuves qui le lient directement à un facteur de risque d’AVC augmenté. 

Si ces situations ou symptômes vous semblent familiers, vous pouvez souffrir d’un stress chronique : dans la prochaine section, nous trouverons les moyens qu’on peut employer afin de le gérer.

Les moyens de gérer un stress chronique

Puisque le stress et les AVC se rapportent aussi fortement, c’est important de trouver les moyens de réduire le stress et d’améliorer la santé générale.

Voici quelques exemples utiles, fondés sur des épreuves, qui aident à amoindrir le stress :

1. S’exercer quelques fois par semaine

L’exercice constitue un excellent mécanisme d’adaptation qui contrarie le stress parce qu’il emporte deux types d’avantages.  En premier lieu, l’exercice aide à augmenter les endorphines (les produits chimiques du cerveau qui vous font sentir bon) et à combattre les effets émotionnels de stress.  En deuxième, l’exercice aide à améliorer la santé cardiovasculaire et à protéger ainsi le corps contre les effets nuisibles à la santé, tels que l’hypertension.    

Mais combien d’exercice faut-il pour y marquer une différence ? L’Association américaine du cœur conseille qu’on assiste à une activité physique pour au moins 40 minutes, 3-4 fois par semaine, pour réduire l’hypertension.   

S’il vous convient, essayez de vous exercer dehors, comme passer le temps parmi la verdure se rapporte aussi au niveau de stress diminué.

2. Essayer de respirer au fond pendant une demi-minute

La méditation et les techniques de respirer au fond aident à amoindrir l’hypertension et améliorer la réponse au stress.  On a montré également que 6 respirations au fond pendant 30 seconds suffissent pour réduire la pression sanguine. Si vous avez du mal à gérer le stress de travail, vous pouvez profiter même d’une séance de respiration au fond qui ne dure que 30 secondes.  Il y a diverses applis mobiles et même des montres intelligentes qui fournissent des signaux et des visuels pour l’aider. 

3. Surveiller la consomption de caféine

Le matin, une tasse de café bonifie objectivement la santé.  Mais trop de caféine, de café ou de n’importe quoi, peut emporter des sensations nerveuses qui peut contribuer au stress, ainsi que l’insomnie si on la boit trop tard dans la journée.  Si vous subissez une anxiété ou une insomnie, faites attention à la quantité et au moment où vous consommez la caféine.

4. Concentrez-vous sur ce que vous pouvez contrôler (pas ce qui est hors de portée)

Les sensations qui vous font croire impuissant dans votre travail peuvent affecter considérablement votre risque d’un AVC à cause de stress.  Une grande étude a trouvé que les boulots qui à la fois exigent beaucoup en n’offrant qu’un faible sens de contrôle, comme un serveur, se rapportent à une augmentation de 22 % du risque d’un AVC en comparaison de l’inverse. 

Ce n’est pas toujours possible qu’on puisse changer le métier ou la carrière, pourtant on peut gérer la façon dont on l’affronte et répond à ces situations.  En se concentrant sur les aspects maîtrisables et gérant la pensée, on peut renfermer les effets nuisibles du stress de travail.  Essayez de parler aux amis, à la famille ou à un thérapeute afin de faciliter la gestion du stress et la pensée. 

Comprendre le rapport entre le stress et les AVC

Le stress chronique affecte le système cardiovasculaire, endommageant ainsi les artères au cas où on le laisse passer sans traitement.  Le dommage vasculaire peut mener éventuellement à un AVC, qui constitue une urgence médicale provenant d’une artère dans le cerveau qui soit se rompe, soit se bouche.

Le stress chronique provient plutôt du travail, des relations ou des troubles financiers.  Tandis qu’il n’est pas toujours possible de contrôler ces situations, on peut choisir la façon dont on leur répond.  En choisissant des activités telles que la respiration au fond et l’exercice, on peut aider à réduire le niveau de stress ainsi que le risque d’un AVC.

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt