Votre panier est vide.

Comprendre les crises épileptiques après un AVC : les causes, statistiques et traitements

Une patiente atteinte d'AVC parle à sa médecin pour comprendre les crise épileptique à la suite d'un AVC.

Les crises épileptiques proviennent des changements des activités électriques dans le cerveau.  Ces changements peuvent survenir après un AVC, pourtant, tous ceux qui ont subi un AVC n’éprouvent pas des crises épileptiques à la suite.  De nombreux facteurs, y compris la sévérité et la location de l’AVC, en déterminent les chances.     

Pour vous aider à comprendre les crises électriques après un AVC, cet article porte sur :

Quelles sont les causes de crises épileptiques après un AVC ?

Pour comprendre comment les crises épileptiques et les AVC se rapportent, commençons par discuter leurs définitions. 

Un AVC est une blessure neurologique provenant d’une artère dans le cerveau qui soit se rompt, soit se bouche.  L’AVC survenu, il prive une région du cerveau de sang riche en oxygène, ce qui peut porter les dommages aux tissus du cerveau et d’autres formes de changements.  

Une crise épileptique, en revanche, provient d’un brusque dérangement des activités électriques dans le cerveau ; et, au cas où un AVC ait emporté des tissus cicatriciels, il peut causer un dérangement du flux électrique, parmi les cellules nerveuses du cerveau, et entrainer une crise épileptique.   

L’apparence d’une crise épileptique peut varier.  Les signes qu’on est en train de subir une crise électrique comprennent des changements dans la conscience, de cognition et d’émotion (comme la confusion ou l’anxiété), les yeux fixes, et les mouvements brusques et involontaires des bras et jambes. 

D’autres changements qui arrivent au cerveau après un AVC qui peut fragiliser le cerveau aux crises épileptiques sont :

  • Un flux sanguin diminué
  • Un taux métabolique d’oxygène faible
  • Une augmentation de la perméabilité de la barrière hématoencéphalique

Tandis que les AVC accroissent le risque de subir une crise épileptique, tous les AVC diffèrent.  Les sections suivantes discuteront des raisons pour lesquelles certains AVC augmentent plus le risque d’une crise épileptique que d’autres.

Est-ce que les crises épileptiques sont courantes après un AVC ?

Une méta-analyse récente, sur 102 008 survivants d’AVC, suggère qu’environ 7 % de gens subissent une crise épileptique à la suite d’un AVC.  Alors, on doit comprendre les facteurs qui en contribuent au risque. 

Des facteurs de risque d’une crise épileptique après un AVC comprennent :

  • Le type d’AVC. Les crises épileptiques sont plus courantes à la suite d’un AVC hémorragique (provenant d’une artère qui se rompt) qu’un AVC ischémique (provenant d’une artère qui se bouche).
  • La sévérité de l’AVC.  Les chances de subir une crise épileptique s’accroissent tant que l’AVC est sévère. 
  • La location de l’AVC. Les crises épileptiques arrivent plutôt après les AVC qui affectent divers lobes du cerveau que ceux qui n’en touchent qu’un seul.   De plus, les AVC cérébraux en particulier augmentent le risque d’une crise épileptique. 
  • Âge. Cette étude de cohortes a marqué que les crises épileptiques surviennent pendant les 24 heures suivant un AVC dans 58 % d’enfants.  Les AVC sont aussi la principale cause des crises épileptique chez les personnes âgées, ce qui soutient la généralisation que les crises épileptiques sont plutôt courantes avec les enfants et les personnes de plus de 65 ans. 

En outre, les crises épileptiques à la suite d’un AVC peuvent n’y rapporter pas.  Par exemple, certaines personnes y ont une disposition génétique. 

Maintenant, voyons les périodes après un AVC où il est plus probable de subir une crise épileptique. 

Quand est-ce qu’on doit s’attendre aux crises épileptiques après un AVC ?

Un médecin explique à un patient le IRM de sa cerveau pour aider à comprendre à quoi s'attendre après un AVC.

Les crises épileptiques arrivent plutôt dans les 24 premières heures après le début d’un AVC, pourtant, c’est aussi courant qu’ils se passent pendant des premières semaines après un AVC.   

Tous les AVC diffèrent et, à cet égard, les crises épileptiques peuvent varier largement de personne en personne.  Par exemple, des survivants qui appartiennent à notre groupe de soutien ont éprouvé une crise épileptique des années après leur AVC, ce qui constitue une crise épileptique très tardive.

Il y a souvent deux sommets concernant les occurrences de crises épileptiques à la suite d’un AVC : le premier ayant lieu à la première journée tandis que le second se pose entre les mois 6-12.

Le type de crise épileptique et le moment où elle est survenue implique beaucoup à propos des chances d’en subir d’autres.  La section suivante expliquera la classification des crises épileptiques après un AVC et ce qu’elles entrainent. 

Les genres de crises épileptiques à la suite d’un AVC

On range les crises épileptiques après un AVC dans deux catégories : précoce et tardive.  Elles diffèrent à l’égard de la cause fondamentale et de la possibilité d’emporter plus de crises épileptiques. 

Les crises épileptiques qui se passent pendant les deux premières semaines après un AVC sont généralement considérées comme précoces. Les crises épileptiques précoces sont souvent provoquées, c’est dire qu’elles ont lieu généralement immédiatement après l’AVC et sont le résultat d’une autre maladie, comme une infection sévère, forte fièvre ou insuffisance rénale.    

Les crises épileptiques tardives, en revanche, ont lieu au moins deux semaines après un AVC et sont généralement considérées comme non provoquées : c’est dire qu’elles ne proviennent pas des causes extérieures, comme une infection.  Les crises épileptiques impliquent plus d’un 60 % de risque de récurrence.   

L’existence de plusieurs crises épileptiques non provoquées constitue le principal critère pour diagnostiquer l’épilepsie après un AVC. Maintenant, discutons comment les crises épileptiques après un AVC peuvent se développer en épilepsie. 

Une crise survenue après un AVC, signifie-t-elle l’épilepsie ?

On a trouvé que les AVC sont la cause d’environ 11 % de cas d’épilepsie chez les adultes et 45 % chez les personnes de plus de 60 ans.  

L’épilepsie après un AVC constitue une maladie neurologique et se caractérise par des crises récurrentes qui ne se rapportent pas aux autres causes.  

Avoir subi une seule crise épileptique n’implique pas qu’une personne développera l’épilepsie à long terme.  Cependant, si une personne en subit deux ou plus, on lui diagnostique probablement une épilepsie.  

Si vous subissez des crises épileptiques récurrentes après un AVC, assurez-vous de trouver des attentions médicales pour vous diagnostiquer officiellement une épilepsie après AVC. 

Est-ce qu’on peut traiter l’épilepsie après un AVC ?

Le traitement des crises épileptiques après un AVC comprend généralement l’administration des médicaments antiépileptiques (autrement anticonvulsifs), la stimulation du nerf vague ou la chirurgie.  

Il y a plusieurs antiépileptiques qui peuvent aider à réduire la fréquence et sévérité des crises épileptiques et à gérer l’épilepsie après un AVC.  Ils fonctionnent en changeant les produits chimiques dans le cerveau afin de réduire l’activité électrique excessive qui emporte les crises.  Cependant, cette solution ne convient pas à tous les patients, parce que ces médicaments peuvent entrainer des effets secondaires différents, y compris un sens de sédation. 

On peut aussi se sert d’un stimulateur du nerf vague pour traiter les crises épileptiques après un AVC : c’est dire utiliser les impulsions électriques pour stimuler les nerfs et prévoir les crises.   

Au cas où les antiépileptiques et la stimulation électrique s’avèrent inefficaces, on peut tourner vers une chirurgie qui s’appelle une ablation thermique : qui utilise la technologie des lasers pour enlever les cellules cérébrales hyperactives qui provoquent les crises. 

Quel que soit le traitement que vous choisissez, c’est toujours une bonne idée de prévoir un plan de réponse aux crises avec votre famille et vos amis. Prévoir un bon plan de réponse aidera les autres à vous soigner efficacement si vous subissez une autre crise.    La section suivante vous guidera dans ce processus.

Qu’est-ce qu’on doit faire quand quelqu’un subit une crise d’épilepsie ?

Regarder quelqu’un qui subit une crise épileptique peut s’avérer effrayant.  Les personnes ne répondent pas, elles peuvent avoir du mal à contrôler leurs membres et les yeux peuvent bouger très irrégulièrement.  Alors, il importe de comprendre comment les aider justement lorsqu’elles sont en train de subir la crise.  

Une femme réconforte son mari qui tient les main au cœur en faisant face à une crise d'épilepsie à la suite d'un AVC.

Si vous êtes un survivant d’AVC, assurez-vous de partager ces informations avec vos amis et votre famille afin qu’ils puissent prévoir à vous aider au cas où une crise arrive. 

  • Reposez-la sur le sol en sécurité. Si la personne se trouve sur un lit ou une chaise, posez-la doucement sur le sol, ce qui évitera un accident d’une chute qui peut causer des blessures sérieuses.
  • NE LA SERREZ PAS contre le sol.  Lorsqu’une personne est en train de subir une crise épileptique, arrêter ses mouvements n’arrêtera pas la crise.  La crise épileptique a lieu dans le cerveau, pas dans le corps.  Alors la serrer ne fait que créer l’occasion de la blesser ou vous blesser. 
  • Posez-la dans une position de récupération.  Suivez les étapes de la société d’épilepsie pour la tourner doucement sur son côté et dans une position de récupération.  
  • Éloignez tous les objets. Vu que la personne ne peut pas contrôler ses mouvements pendant une crise épileptique, elle ne se rend pas compte de son environnement et ne peut pas éviter des objets coupants.  Posez-la en sécurité en éloignant tous les objets dangereux. 
  • NE PLACEZ PAS n’importe quoi dans sa bouche.  Parce que la personne ne peut contrôler les mouvements de sa mâchoire pendant une crise épileptique, placer quelque chose dans la bouche peut y entrainer des dommages sérieux et un risque d’étouffement. 
  • Regardez combien de temps elle met pour finir. Si une crise dure plus de 5 minutes, téléphonez 112 tout de suite.
  • Offrez-la de la rassurance. La crise épileptique mise à fin, c’est probable que la personne se sent confuse, anxieuse et gênée.  Confortez-la et faites-la savoir que tout sera bien passé.    

Quand est-ce qu’on doit téléphoner les services d’urgence ?

Tandis que les crises épileptiques se rangent souvent dans une période de 30 secondes à 2 minutes, il importe de savoir quand il faut des services d’urgence pour traiter une crise. 

Selon epilepsy.com, on doit téléphoner les services d’urgence si la personne :

  • subit une crise épileptique pour plus que 5 minutes
  • subit plusieurs crises de suite
  • semble s’étouffer ou a du mal à respirer
  • devient blessée pendant la crise
  • demande les services d’urgence
  • subit une crise épileptique pour la première fois

Les crises épileptiques après un AVC : points clés

Les changements dans le cerveau provenant d’un AVC, ainsi que le type, la sévérité et la location de l’AVC, peuvent augmenter le risque de subir une crise épileptique. 

Le risque de crises épileptiques récurrentes après un AVC dépend du temps écoulé après l’AVC.  Heureusement, les antiépileptiques, la stimulation du nerf vague et la chirurgie peuvent aider à traiter efficacement les crises épileptiques après un AVC. 

Nous espérons que cet article vous a aidé à comprendre les implications des crises épileptiques après un AVC et ce qu’on doit faire si une est arrivée.  Il importe à tous de comprendre comment gérer une crise épileptique, alors assurez-vous de partager ces informations avec vos proches. 

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Dès que là, le lundi vous recevrez notre lettre d’information contenant 5 articles sur la récupération d’un accident vasculaire cérébral (AVC).  

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt