Votre panier est vide.

Les AVC : quelle opération chirurgicale est appropriée ?

neurochirurgien effectuant une opération sur un patient victime d'un AVC hémorragique

Quelquefois les médecins ont besoin d’opérer en traitant un accident vasculaire cérébral (AVC) hémorragique ou ischémique. 

Un AVC hémorragique provient d’une artère qui se rompe dans le cerveau, tandis qu’un AVC ischémique survient à cause des caillots sanguines.  Donc, les deux types d’AVC sont très différents et il s’ensuit que les traitements qui conviennent le sont aussi.   

Vous êtes sur le point d’apprendre quelle opération les médecins pourraient choisir de traiter chaque type d’AVC. 

Les AVC hémorragiques : les types d’opération et leurs chronologies

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) hémorragique proviennent d’une artère qui se rompe dans le cerveau, entraînant un saignement dans le cerveau (hémorragie intracérébrale), ce qui est un cas d’extrême urgence : il faut apporter des soins médicaux immédiatement pour limiter le dommage au cerveau et sauver une vie.     

 illustration de l'artère dans le cerveau éclatant hémorragie intracérébrale

Le traitement d’un AVC hémorragique se concentre sur trois buts : arrêter l’hémorragie, drainer l’hématome (l’amoncellement de sang hors des vaisseaux) et abaisser la pression intracrânienne (la pression dans le crâne). 

Selon la sévérité de l’AVC et l’état de la patiente, on peut opérer dans les 48-72 heures suivant l’AVC, mais quelquefois il faut que les médecins attendent plus pour que l’état puisse se stabiliser.    

Voici les types d’opérations employées avec des AVC :

  • Craniotomie avec chirurgie ouverte. Si l’hématome est assez grand, le neurochirurgien enlèvera une partie du crâne pour le drainer ; diminuant la pression intracrânienne et permettant le cerveau de gonfler au-delà ces limites s’il est enflé.   Ensuite, les médecins peuvent opérer directement sur le cerveau (chirurgie ouverte) afin de réparer le vaisseau. 
  • Aspiration simple. Où l’hématome n’exige pas une craniotomie, les chirurgiens peuvent opter pour une aspiration, perçant un petit trou dans le crâne pour drainer l’hématome : c’est moins invasif, mais il est peut-être difficile de drainer le sang.   
  • Évacuation endoscopique. C’est une autre chirurgie mini-invasive employée en traitant les AVC.  Pendant cette opération, on perce un petit trou dans le crâne et le neurochirurgien y insère une tout petite caméra (endoscope) afin de localiser et drainer l’hématome.  
  • Aspiration stéréotaxique. Ici on fait un TDM pour localiser l’hématome avant de percer le crâne, et on utilise un outil d’aspiration spécial pour le drainage : ce qui est moins invasif que la chirurgie ouverte.    
  • Ventriculostomie. S’il y a un saignement dans les ventricules du cerveau, le neurochirurgien peut effectuer une ventriculostomie, perçant un petit trou dans le cerveau et y insérant un cathéter pour drainer le sang et diminuer la pression intracrânienne.  

Parfois on a besoin d’une craniotomie après un AVC ischémique, s’il y a trop de gonflement dans le cerveau, mais pour la plupart on l’utilise en traitant les AVC hémorragiques.  

Et si l’AVC demande une opération, il faut qu’on prenne très vite une décision : la pression intracrânienne est en train d’endommager le cerveau, entraînant la mort.  

Notre prochain sujet est les traitements des AVC ischémiques.

Les AVC ischémiques : embolectomie mécanique

Un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique se passe quand un caillot sanguin bouche une artère du cerveau, étouffant le flux sanguin aux zones affectées.  Tous les AVC, y compris les AVC ischémique, sont des urgences médicales.  Le temps perdu est le cerveau perdu.  

caillot de sang coincé dans le cerveau

On traite la plupart des AVC ischémiques avec des médicaments anticoagulants comme le tPA ou l’aspirine. Une fois administré, ces médicaments aident à dissoudre le caillot.  Au cas où ils ne soient pas efficaces, les médecins peuvent viser à la chirurgie. 

L’opération la plus courante chez AVC ischémique, dès que des médicaments ont failli ou on ne peut pas les administrer, est une embolectomie mécanique.

Pendant ce type d’opération, on retire le caillot sanguin en utilisant un stent (un petit tube en treillis métallique qui aide à maintenir l’artère ouverte).

Le stent est inséré dans une artère de la jambe, le rendant beaucoup moins invasif que des opérations du cerveau.  Lorsqu’on retire le cathéter, le stent et le caillot viennent avec. 

Voici une vidéo expliquant comment ça marche. 

Les AVC : Evaluer les opérations possibles

Les opérations sont une procédure clés pour restaurer le flux sanguin régulier au cerveau après un accident vasculaire cérébral (AVC).  Elles ne sont pas toujours requises, mais elles peuvent sauver une vie. 

Si l’AVC provient d’une artère qui se rompe (AVC hémorragique), les neurochirurgiens peuvent effectuer une craniotomie afin d’ouvrir le crâne et diminuer la pression intracrânienne.    

Où l’AVC provient d’un caillot sanguin (AVC ischémique) et ne peut pas être traité avec des médicaments, une opération peut aider à retirer le caillot. 

Chaque type d’opération engendre ses propres risques et récompenses et le mieux est de discuter de vos circonstances uniques avec votre médecin ou équipe médicale. 

Néanmoins, étant donné qu’un AVC est une urgence médicale, il faut qu’on prenne rapidement des décisions en situations de tension, il se peut qu’il n’y ait aucun temps pour discuter des avantages et des inconvénients.

Lorsqu’un AVC survient, il faut confiance en votre équipe médicale et en leur talent à prendre les meilleures décisions pour vous ou pour un proche.  

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Dès que là, le lundi vous recevrez notre lettre d’information contenant 5 articles sur la récupération d’un accident vasculaire cérébral (AVC).  

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt