Votre panier est vide.

La récupération après un AIT : les causes, les symptômes et la prévention

Les survivants d'AIT, autrement dit un micro-AVC, profitent de tai-chi pour rendre leur vie plus saine et amoindrir ainsi le risque d'un autre AVC.

Les accidents ischémiques transitoires (AIT), autrement dit les micro-AVC, se produisent quand un caillot sanguin temporaire bouche une artère cérébrale.  Ils entrainent des symptômes qui ressemblent à un AVC et se résolvent dans 24 heures sans effets secondaires permanentes.    

Mais tandis qu’un AIT n’emporte pas des incapacités permanentes, il signifie souvent qu’un plein AVC est imminent.  En effet, 1 sur 5 patients qui éprouvent un AIT subiront un plein AVC pendant l’année suivante : ce qui rend critiques les traitements immédiats et la prévention.   

Pour vous aider pendant votre récupération d’un AIT, cet article en touchera les symptômes et les causes, ainsi qu’éclaircira les mesures que vous pouvez prendre pour prévenir un AVC plus sérieux. 

Table des matières

Les symptômes d’un AIT

Les AIT emportent les symptômes pareils à ceux d’un AVC.  Pour reconnaître les signes avant-coureurs et symptômes des deux, retenez l’acronyme VITE :

  • Visage. Le visage s’affaisse ou est engourdi, souvent d’un côté
  • Incapacité. Un bras est faible. 
  • Trouble de la parole. Des troubles de la parole ou une difficulté à trouver les mots
  • Extrême urgence. Demandez immédiatement les soins médicaux !

D’autres signes et symptômes comprennent des troubles visuels et un mal de tête soudain.  Les effets d’un AIT peuvent durer de 15 minutes à 24 heures.

Puisque les AIT et les AVC partagent les mêmes symptômes, on ne peut pas les différencier tout à coup.  Donc, c’est vital d’obtenir les traitements aussitôt que tout de suite.  

Diagnostiquer un AIT

Le seul moyen de différencier les AIT et les AVC est un complet diagnostic effectué par un médecin.  Cela implique des imageries, comme une TDM (tomodensitométrie) ou une IRM, qui peuvent déceler à quel point le cerveau est endommagé.    

Pour trouver la cause d’un AIT, le médecin peut également profiter d’une échographie ou d’un échocardiogramme pour repérer un blocage ou une plaque possible dans les artères. 

À quoi s’attendre après un AIT

Les AIT n’entrainent pas des effets secondaires permanentes.  Alors les survivants d’AIT n’ont pas besoin de la rééducation qu’il faut chez les patients atteints d’AVC. 

Cependant, cela n’implique pas que les survivants d’AIT n’ont rien à faire.  Au lieu de la rééducation, la récupération après un AIT se concentre à l’amélioration du flux sanguin cérébral et la prévention d’un second AVC plus sévère.

Il faut traiter à fond les causes de votre AIT et effectuer des changements de votre mode de vie afin de réduire votre risque d’un AVC : ce qui constitue le sujet de la prochaine section.   

Mettre au point la récupération après un AIT

Un patient atteint d'AVC, allongé au lit, regarde par la fenêtre en contemplant ses traitements futurs.

Les survivants d’AIT doivent collaborer étroitement avec leurs médecins pour identifier les causes de l’AIT et prévoir un AVC. 

Voici des traitements courants que votre médecin peut vous conseiller pendant la récupération après un AVC :

1. Les antiplaquettaires et les anticoagulants

Les AIT se produisent quand un caillot sanguin bouche temporairement le flux sanguin cérébral.  Les antiplaquettaires empêchent la coagulation des plaquettes, ce qui peut réduire le risque d’un caillot sanguin.  L’aspirine et le clopidogrel font partie de ce genre de médicaments.

Il y a aussi anticoagulants qui ne visent pas les plaquettes, mais plutôt une protéine sanguine spécifique qui se rapporte à la coagulation.

Les deux genres de médicaments emportent leurs propres risques.  Parler à votre médecin pour déterminer lequel vous convient le mieux pendant votre récupération après un AIT. 

2. Les interventions chirurgicales

Si vos artères sont rétrécies et remplies de plaque, il se peut que vous ayez besoin d’une intervention chirurgicale pour enlever la plaque et améliorer le flux sanguin.  Cela aide aussi à prévenir un blocage d’une artère par un caillot sanguin.

Une angioplastie carotidienne est l’intervention la plus courante en traitant un rétrécissement des artères.   Elle est une mini-invasive chirurgie qui implique l’insertion d’un cathéter par l’artère fémorale à l’aine.  Puis le chirurgien place une endoprothèse (autrement un stent) à un point de l’artère rétréci qui l’élargit et l’améliore le flux sanguin.    

Si votre artère carotide est sévèrement bouchée, votre médecin peut vous conseiller une chirurgie plus invasive qui s’appelle une endartériectomie carotidienne. Cette intervention permet au chirurgien d’enlever les plaques lipidiques des artères, ce qui peut réduire largement la chance d’un  second AVC.

3. Les ajustements du mode de vie

Un survivant d'AIT court dans un parc, améliorant sa santé et évitant le risque d'un autre AVC.

Le dernier point mais non le moindre, c’est qu’on doit ajuster le mode de vie afin de réduire les principaux facteurs de risque d’un AVC.  Les facteurs de risque les plus courants comprennent :

  • L’hypertension
  • Le diabète
  • Un taux de cholestérol élevé
  • L’obésité
  • Le tabac
  • Le stress chronique


Il vaut souvent mieux gérer ces facteurs de risque en profitant de l’aide de votre médecin et en effectuant les changements du mode de vie.

Par exemple, on peut traiter l’hypertension avec les médicaments, ainsi qu’en réduisant l’apport de sodium dans le régime alimentaire.  On peut traiter pareillement un taux de cholestérol élevé avec des médicaments ou en augmentant les fibres et réduisant les graisses saturées dans le régime. 

Prenez du temps en recherchant les meilleurs aliments qui améliorent la récupération après un AVC et assurez-vous de parler à votre médecin avant de lancer un nouveau régime alimentaire.  Par exemple, le régime cétogène populaire peut accroitre les taux de cholestérol (au moins au début), alors les personnes qui ont un cholestérol élevé doivent éviter ce régime sans l’approbation d’un médecin.   

Soyez toujours prudent en choisissant de nouveaux modes de vie, en particulière de ceux qui peuvent affecter les artères, comme un régime. 

Comprendre la récupération après un AIT

Les AIT se résolvent rapidement et mènent à une récupération complète.  Pourtant, tandis qu’ils ne constituent pas une maladie mortelle, ils peuvent précéder un AVC plus sérieux. 

Alors, les patients qui ont subi un AIT doivent tout de suite prendre des mesures qui combattent leurs facteurs de risque d’un AVC.  Si vous arrivez à effectuer ces changements assez tôt, vous pouvez complètement améliorer vos chances d’un autre AVC. 

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt