Votre panier est vide.

Comment soigner un survivant d’AVC au domicile : 15 bonnes pratiques

Un fils embrasse son père, qui est aussi un survivant d'AVC, ce qui symbolise le thème de cet article : comment soigner les survivants d'AVC au domicile.

Dans le soin d’un survivant d’AVC, il s’agit de vous mettre à sa place.  

C’est important aussi de comprendre les séquelles que vous pouvez aider à gérer, et cet article vous en fournit un guide. 

Comment soigner un survivant d’AVC au domicile

Voici les principaux conseils selon les soignants à domicile de patients atteints d’AVC :

1. Encourager quotidiennement les exercices de rééducation

La plupart de survivants d’AVC combattent des troubles de la mobilité après un AVC qui méritent de l’attention une fois qu’ils sont rentrés au domicile.  Vous pouvez aider la récupération de votre proche en encourageant quotidiennement les exercices de rééducation qui l’aident à recâbler le cerveau.  Les mouvements réguliers constituent l’un des meilleurs remèdes contre les AVC.    

2. Ne pas faire trop, mais être utile

Si votre proche a du mal à faire une tâche, ne lui offrez de l’aide que s’il vous le demande ou qu’elle est absolument nécessaire.  Pour que les survivants d’AVC puissent continuer de s’améliorer, il faut qu’ils fassent des tâches tout seuls.  Ne nuisez pas à sa récupération en vous en occupant trop. 

3. Parler aux travailleurs sociaux pour obtenir des conseils

Les travailleurs sociaux font une partie essentielle de l’équipe de récupération après un AVC.  N’hésitez pas à leur poser toute question si vous avez du mal à comprendre un aspect des soins à domicile.  Ils peuvent vous fournir des informations critiques, des modifications du domicile à la couverture d’assurance après être sortis de l’hôpital.

4. Parler à un ergothérapeute des modifications du domicile conseillées

Le risque d’une chute est augmenté pour les survivants d’AVC parce qu’ils souvent subissent des troubles de l’équilibre ou de la vue.  Ce qui rend très utiles les modifications du domicile, telles que des barres d’appui ou des tapis antidérapants, ainsi qu’un bon rangement pour écarter les obstacles et améliorer la sécurité de votre proche.    

Tandis que nous avons d’excellents conseils sur la modification de domiciles sur notre blogue, l’ergothérapeute de votre proche est aussi une grande ressource. 

5. Enregistrer les séquelles des médicaments

La plupart des survivants d’AVC prennent divers médicaments qui servent de différents objectifs (par exemple, les anticoagulants, les taux de cholestérol, etc.). 

Tout médicament emporte ses propres séquelles qu’on doit surveiller.

C’est une bonne idée de noter le comportement et les symptômes de votre survivant d’AVC, et d’enregistre tout changement et problème.

6. Faire attention aux nouvelles séquelles de l’AVC

On espère que les séquelles de l’AVC s’améliorent après être sorti de l’hôpital ou de la clinique.  Cependant, parfois, il arrive que de nouvelles séquelles apparaissent des moins après.  Si vous apercevez quelque chose étrange ou différent dans votre proche, assurez-vous de contacter son médecin ou neurologue aussitôt que possible. 

7. Garder ta bonne foi quand les temps sont durs

Encore, les survivants d’AVC doivent continuer de s’améliorer après être rentrés au domicile, en particulière s’ils suivent quotidiennement la rééducation.  Mais le progrès ne se déroulera pas linéairement.  Parfois, les patients prennent deux pas en avant et l’un en arrière : c’est normal autant qu’ils s’améliorent à la longue.   

8. Faire attention aux compléments alimentaires parce qu’ils peuvent susciter un autre AVC

Quoique certains compléments alimentaires pour la récupération après un AVC puissent avoir l’air attirant, vérifiez-les auprès du médecin de votre proche plusieurs fois.  Certains compléments augmentent le risque d’un second AVC – comme ginko biloba.  Cependant, cet avertissement n’apparait pas sur l’étiquette !  Alors, soyez toujours prudent et faites la recherche avant d’ajouter des compliments au régime de votre proche.   

S’il y a un doute, ne le prenez pas !

9. Dépasser le plateau

La plupart des survivants d’AVC éprouvent un « plateau » après les 3 premiers mois de récupération. Ce ralentissement ne signifie pas pourtant que la récupération se termine.  Les changements neurologiques se stabilisent après quelques mois, mais les améliorations de fonctions peuvent arriver pendant une vie.  Le cerveau est capable de changer et de se guérir des décennies après un AVC.  Alors, ne laissez pas devenir découragés vous ou votre proche par un ralentissement des résultats.  Tenez-le simplement pour un signe de mettre au point vos efforts à la rééducation.     

10. Prendre les chutes au sérieux

S’enlever de sol peut s’avérer difficile pour les survivants d’AVC, alors on doit prendre les chutes au sérieux.  Au cas où une chute se passe, cherchez des soins d’urgence tout de suite et réfléchissez sur les modifications du domicile – les tapis antidérapants sont essentiels. 

Assurez-vous toujours que votre domicile est justement adapté et que votre proche possède une mobilité suffisante (assez de s’enlever) avant de le laisser tout seul. 

11. Être d’un grand soutien émotionnel après l’AVC

Il y a beaucoup de changements émotionnels dont on doit se rendre compte après un AVC.  Les crises de pleurs ou de rires peuvent signifier l’effet pseudobulbaire qu’on peut traiter avec des médicaments, ou peut s’effacer tout seul. 

D’autres fois, les survivants d’AVC peuvent subir une anxiété, une dépression ou une tristesse emportée naturellement par l’AVC.  Essayez de faire preuve de compréhension pendant ces moments éprouvants.   

12. Soigner le soignant

Soigner est une responsabilité immense qui peut rapidement épuiser le soignant s’il ne prend pas soin de lui-même.  Si vous êtes trop chargé, demandez aux autres membres de la famille de vous aider.  Vous devez aussi programmer du temps reposant pour vous-même dans la journée pour que vous puissiez vous remettre. 

13. Rejoindre des groupes de soutien

C’est utile de créer des connexions aux autres survivants d’AVC et soignants sur le chemin du rétablissement.  Vous pouvez les chercher dans votre voisinage ou rejoindre convenablement des groupes de soutien en ligne.

14. Ranger les documents médicaux

Enregistrez tous les médicaments de votre proche, ainsi que leurs séquelles et changements comportementaux.  Essayez de garder toute la paperasserie dans un seul endroit, et prenez-la chaque fois que vous rendrez visite au médecin.  C’est difficile de dépendre complètement de la mémoire en discutant avec le médecin. 

15. Aider à gérer les facteurs de risque d’AVC

Certaines modes de vie peuvent augmenter le risque d’un autre AVC.  Assurez-vous de surveiller la pression sanguine, les taux de cholestérol et les niveaux de stress.  Si vous avez un doute, parlez-en à votre médecin.   

16. Croyez à une meilleure récupération

Comme un conseil supplémentaire, reconnaissez qu’une meilleure récupération reste toujours possible.  Le temps depuis que l’AVC a eu lieu ne compte pour rien  – le cerveau change constamment pendant la vie, alors ne baissez pas les bras parce que vous pensez que le chemin se termine : ce n’est pas probablement le cas !

Et voilà, nos meilleurs conseils pour vous apprêter à l’arrivée de votre proche au domicile.  Bonne chance !

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt