Votre panier est vide.

Empirent-elles les séquelles d’AVC ? Comment revenir sur la bonne voie

Un thérapeute aide sa patiente à s'étirer, une mesure qui prévient les rechutes après un AVC, ce qui constitue le propos de cet article.

Empirent-elles les séquelles d’AVC ?  Parfois, c’est normal, mais parfois non.   Alors, comment pouvons-nous reconnaître la différence ?  C’est précisément ce que vous êtes sur le point de découvrir.    

Cet article vous expliquera les caractéristiques d’une régression normale et les moyens de se remettre après.

Contraster les rechutes normales et anormales après un AVC

Tout d’abord, on doit reconnaître que le progrès d’une récupération après un AVC n’est pas linéaire. 

C’est normal de prendre deux pas en avant et un en arrière. 

En effet, c’est parfois normal de prendre deux en avant et quatre en arrière. 

La règle d’or est de considérer toute la récupération.  Est-ce que le progrès est relativement constant ?

À la longue, les pas en avant doivent surmonter les pas en arrière.  

Pourtant, si vous vous réveillez un matin et trouvez les séquelles bien pires qu’avant, c’est le temps de chercher des soins médicaux tout de suite. 

Les causes de rechutes après un AVC

Si vos séquelles d’AVC empirent, c’est le temps d’y enquêter à fond.  

Voici 3 causes de rechutes après un AVC :

1. Les changements d’habitude

Avez-vous récemment changé vos habitudes ?  Par exemple, avez-vous commencé à marcher beaucoup plus qu’avant ?  Ou, contrairement, est-ce que votre vie est devenue considérablement plus sédentaire ? 

Parfois, les grands changements peuvent apporter des effets sérieux au corps, et les résultats ne sont pas toujours bons. 

2. Prendre de nouveaux médicaments

Parfois, de nouveaux médicaments peuvent emporter des séquelles.  Par exemple, certains survivants d’AVC rendent compte d’une rechute après avoir commencé à prendre des antidépresseurs et, en même temps, après les avoir arrêtés. 

N’ajustez pas vos médicaments sans parler à un médecin !  Discuter de vos symptômes avec votre médecin pour déterminer s’il y a d’autres cours de traitement disponibles. 

3. Se surmener

Un patient pleinement surmené s'allonge sur le tapis d'un gymnase.  L'image a l'air plutôt déconcertante pour vous avertir des effets nuisibles emportés quand on surmène le corps après un AVC.  Bref, en se guérissant après un AVC, le corps a besoin de repos et de sommeil.

Parfois, l’apparence d’une fatigue après un AVC est retardée, dans le sens qu’elle peut apparaître aux jours qui suivent celui pendant lequel vous avez travaillé excessivement.

Avez-vous encore du mal à trouver les causes de votre rechute ?

Si les causes de votre rechute vous restent encore inconnues, essayez d’en discuter avec un psychiatre, neurologue ou thérapeute.  Ils peuvent vous aider à identifier le problème. 

Les rechutes après un AVC sont aussi un phénomène plutôt mystérieux, et les médecins peuvent avoir du mal à les diagnostiquer précisément.

Si c’est le cas, ne perdez pas les pédales. On peut encore prendre de nombreuses mesures qui peuvent vous aider à revenir à nouveau sur le chemin du rétablissement. 

Comment améliorer les séquelles d’AVC, sans les empirer

Si vous vous trouvez en bon milieu d’une petite rechute, voici 4 moyens que vous pouvez essayer pour régler la situation. 

Aller doucement et régulièrement

La récupération après un AVC n’est pas une course.  Quoique tout le monde veuille une récupération rapide, les patients ont la tendance de s’épuiser en essayant de faire trop à la fois.   

Pendant la récupération après un AVC, le cerveau tente de se guérir rapidement, ce qui exige beaucoup d’énergie mentale.  En vous surmenant, vous asséchez l’énergie restante et vous vous épuisez.     

Alors, pour éviter une rechute, visez une allure douce et régulière au lieu de vous hâter. 

Obtenir beaucoup de sommeil

Le sommeil compte beaucoup pendant la récupération après un AVC.  Il donne au cerveau l’occasion de se reposer, et il active la neuroplasticité, la capacité du cerveau à se recâbler. 

Si vous refusez de dormir quand le corps en a besoin, la récupération avancera plus lentement.  Le cerveau manquera de temps pour se guérir, et vous saboterez votre propre rétablissement.  Donc, laissez-vous dormir ! 

On doit reconnaître aussi que l’envie de dormir beaucoup à la suite d’un AVC ne signifie pas une rechute : elle est parfaitement normale et saine chez les survivants d’AVC. 

Se tenir au régime

L’assiduité est la clé dans la récupération après un AVC.  Si vous effectuez un peu de rééducation chaque journée, les résultats arriveront à la longue.  Mais l’inconstance emporte le risque d’une chute : soit en sautant les exercices au domicile, soit en se surmenant.   

Le cerveau tente de se guérir rapidement par le phénomène appelé neuroplasticité, qui est le moyen employé par le cerveau en se recâblant et en formant de nouvelles connexions neuronales. 

Et la stimulation constante est le meilleur moyen de l’encourager à se recâbler.  Sans effort assidu, les connexions cérébrales peuvent commencer à faiblir, et vous pouvez mettre en jeu tout votre travail dur.   

Pratiquer la répétition

Un cerveau transparent en lumière bleu symbolise l'effets guérissants de la neuroplasticité : le processus employé par le cerveau en se recâblant.

Hors de l’assiduité, une répétition élevée constitue le meilleur moyen d’encourager le cerveau à se recâbler après un AVC. 

Lorsque vous faites des exercices à répétition, vous activez la neuroplasticité et fortifiez les connexions cérébrales qui contrôlent cette tâche. 

Par exemple, les connexions cérébrales qui contrôlent les fonctions de la main se fortifient en tant que vous effectuez les exercices thérapeutiques de la main.  Plus qu’on s’y entraine, plus que les fonctions de la main s’améliorent. 

Alors, si vous vous trouvez en bon milieu d’une petite rechute, en ce qui concerne n’importe quel aspect de votre récupération, essayez de pratiquer la répétition afin de revenir sur la bonne voie. 

La récupération après un AVC peut devenir meilleure

En général, dans la récupération après un AVC, il s’agit d’un flux et reflux. 

Une rechute sévère et soudaine autour des séquelles d’AVC mérite de l’attention médicale tout de suite. 

Mais si les changements sont plus petits, ils peuvent faire partie du processus naturel suivi par le rétablissement.  Parfois, on prend deux pas en avant, et un pas en arrière. 

Tant qu’il y a une tendance générale de progresser, les petites rechutes ne doivent pas vous inquiéter. 

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt