Votre panier est vide.

L’entraînement à la maison après un AVC : comment maximiser votre rééducation

Therapist showing survivors how to accomplish their home exercise program for stroke recovery

Une fois sortis de l’hôpital après un AVC, beaucoup de survivants ne participent à la thérapie ambulatoire qu’environ une fois par semaine, ce qui est loin d’être suffisant pour obtenir des résultats. Heureusement, on peut facilement rectifier cette situation en y amendant un programme d’entraînement à la maison pour continuer la stimulation du cerveau et avancer le rétablissement. 

Cet article a pour but de vous introduire aux divers types d’exercices que vous pouvez ajouter à votre propre programme d’entraînement, ainsi que de divers avantages que vous offre la rééducation à la maison après un AVC. On va commencer par ce dernier.

Les avantages de l’entraînement à la maison après un AVC

Après un AVC, l’entraînement à la maison permet aux survivants d’améliorer la mobilité durant des mois, voire des années, après être sortis de la thérapie hospitalière.

De plus, on peut concevoir un programme sur mesure afin de traiter des séquelles singulières qui proviennent finalement des régions du cerveau que l’AVC a touchées. Par exemple, les survivants d’un AVC qui a touché le cortex moteur, qui éprouvent souvent une hémiparésie (un affaiblissement d’un côté du corps), peuvent profiter d’un régime qui vise un côté du corps plus que l’autre. De même, les troubles de l’équilibre sont très courants chez les survivants qui ont le syndrome cérébelleux, alors leur programme doit se concentrer sur le noyau et comprendre des mouvements bilatéraux. 

Heureusement, en tout cas, beaucoup de survivants arrivent à surmonter les séquelles d’un AVC et à améliorer leurs fonctions grâce à la neuroplasticité. Ce processus permet au cerveau de se recâbler, de fortifier ses voies neuronales et d’en créer de nouvelles qui va prendre la relève de celles qu’un AVC a endommagées. 

Le meilleur moyen d’activer la neuroplasticité est avec un régime d’exercices répétitifs. En fait, en tant qu’on s’entraîne à une compétence particulière, le cerveau s’adaptera à effectuer ces tâches plus efficacement, un fait dont la vérité est tout à fait répandue, comme on dirait : c’est en forgeant qu’on devient forgeron. 

En fin de compte, c’est bon de participer à la thérapie ambulatoire (telle que la physiothérapie, l’ergothérapie et l’orthophonie), mais cela n’est souvent pas assez de temps pour activer le vrai potentiel de la neuroplasticité. En fait, dans la plupart des cas, une séance par semaine est loin d’être suffisante, et sans entraînement supplémentaire on va limiter sévèrement la quantité de stimulation qu’on fournit au cerveau. 

Alors, c’est essentiel, en premier lieu, de continuer la rééducation assidument après un AVC, et, en deuxième, de l’augmenter avec un bon programme d’entraînement à la maison.

Comment concevoir un programme d’entraînement à la maison pour se rétablir après un AVC

Tout d’abord, soyez conscient que tout exercice peut s’avérer difficile à sa propre façon, mais vous pouvez ajuster son niveau de difficulté pour convenir à vos propres capacités. En pratique, n’essayez pas de faire les exercices les plus difficiles si vous ne commencez qu’avec une mobilité très limitée. Et en tout cas, les exercices doivent être difficiles, mais pas frustrants : c’est également important d’entretenir la motivation, sans quoi la rééducation cesserait d’avancer.

À ce titre, si vous avez une paralysie, les exercices passifs et lents constituent un bon point de départ, et vous pouvez toujours avancer aux exercices plus difficiles au fil du temps. 

C’est aussi une bonne idée de créer une liste des groupes musculaires que vous voulez viser. Par exemple, si vous voulez rétablir l’équilibre, vous pouvez vous concentrer sur le noyau, les jambes et les bras. Et s’il est l’amélioration de la main qui vous importe, vous pouvez alors tourner vers les exercices qui rétablissent la dextérité.

Finalement, pendant tous ces exercices, rappelez-vous que vous devez faire une pause ou arrêter tout à fait quand vous vous sentez fatigué, et consultez votre thérapeute si vous avez des questions sur les exercices qui vous conviendraient. 

Les exercices passifs à la maison pour élargir l’amplitude de mouvement

Maintenant, on va discuter des exercices passifs conçus pour agrandir l’amplitude de mouvement, qui sont très avantageux aux survivants éprouvant une hémiplégie (une paralysie, ou une mobilité très limitée d’un côté du corps) qui peuvent avoir du mal à faire des exercices traditionnels toute journée ou de les faire sans assistance.

L’avantage ici est qu’en visant l’augmentation de l’amplitude de mouvement, du corps et de ses articulations, et en utilisant le côté indemne du corps pour assister le côté affecté, on peut bien profiter d’un bon entraînement qui va stimuler le cerveau et activer la neuroplasticité.   

Ces exercices sont plutôt uniques parce qu’ils n’exigent pas qu’on puisse déjà bouger le côté affecté, et, en même temps, ils contribuent essentiellement à la maximisation des chances de rétablir ces mouvements. Avec du travail assidu et la répétition des mouvements passifs, la communication entre le cerveau et les muscles a la tendance à se rétablir et à restaurer graduellement la mobilité. 

Et en tant que vous regagnez votre mouvement, ces exercices passifs deviendront une sorte d’échauffement que vous pouvez faire avant de vous exercer à la maison. 

Voici des exercices passifs qui visent l’amplitude de mouvement que vous pouvez faire indépendamment à la maison :

S’étirer l’avant-bras :

  • Commencer assis, mettre les mains sur les genoux et entrelacer les doigts.
  • Plier le poignet indemne, s’étirant lentement la main affectée en direction de l’avant-bras.
  • Le tenir pendant quelques secondes, puis le relâcher.
  • Répéter l’exercice avec l’autre côté, si possible.

S’étirer l’intérieur du bras :

  • Entrelacer les doigts, la paume de la main affectée vers le haut.
  • Tourner le bras affecté.
  • Le tenir pendant quelques secondes, s’étirant autant que possible.

Pousser tout droit :

  • Commencer assis à une table.
  • Poser une bouteille d’eau jusqu’à portée de main. 
  • Joindre les mains et poser les bras sur la table.
  • Glisser les bras sur la surface de la table en direction de la bouteille.
  • En se penchant en avant, pousser légèrement la bouteille un peu plus loin.
  • Se remettre, et répéter l’exercice, poussant la bouteille plus loin chaque fois.

Vous pouvez aussi mettre une serviette sous les mains pour réduire la friction et faciliter les glissements.

Tandis que ces exercices passifs sont souvent abordables aux personnes qui souffrent d’une hémiplégie, l’assistance d’un thérapeute ou d’un soignant peut aussi s’avérer très utiles, en particulier si la force générale du corps s’est devenue limitée. Dans ce cas, vous pouvez aussi demander à votre thérapeute s’il est une bonne idée d’entraîner un soignant qui peut vous aider à compléter les exercices passifs et à maximiser votre mobilité.  

L’entraînement complet à la maison

On a conçu beaucoup d’exercices pour développer des groupes de muscles particuliers et pour convenir à tout niveau de compétence.

En tout cas, il importe de consulter votre thérapeute avant de les aborder afin d’assurer que vous pouvez le faire en toute sécurité.

Aussi, soyez conscient qu’on peut toujours faire les exercices passifs ci-dessous avec l’aide du côté indemne ou des thérapeutes, mais, au cas qu’on peut les faire tout seul, on doit l’essayer pour maximiser les résultats des efforts. 

Les exercices pour rétablir la main

Si vous voulez rétablir votre dextérité après un AVC, pensez à ajouter ces exercices à votre programme de thérapie à la maison.

Plier le poignet :

  • Poser le coude sur une table.
  • Utiliser la main indemne pour tenir l’avant-bras du bras affecté.
  • Sans remuer l’avant-bras, bouger lentement la main affectée en pliant le poignet en avant et en arrière. 

Saisir et relâcher :

  • Placer un stylo (ou quelque chose de semblable) au côté de la table.
  • Le saisir doucement de la main affectée.
  • Le glisser à travers la table, puis le relâcher.
  • Répéter l’exercice, mais retourner le stylo à sa position originale.

C’est important de garder toujours votre avant-bras sur la table afin d’éviter des mouvements synergiques qui sont plutôt courants après un AVC, où on compense la fiabilité d’un groupe de muscles en utilisant involontairement un autre (par exemple, on peut hausser l’épaule pour bouger le bras). Pratiquez des mouvements lents et contrôlés pour éviter cette forme de compensation.   

Les exercices pour rétablir les bras

Vous pouvez demander à votre thérapeute si ces exercices pour rétablir les bras conviennent à votre régime de thérapie à la maison. 

Tendre une canne :

Cet exercice aide à améliorer la mobilité des muscles du bras et de l’épaule.  

  • Commencer assis, et tenir les deux bouts d’une canne ou d’un mètre dans les mains. 
  • Utilisant le bras indemne, soulever doucement le bras affecté vers le côté.
  • Si la canne est trop difficile à supporter, on peut la poser sur les jambes pour plus de stabilité.
  • Tenir cette pose pendant quelques secondes avant de la relâcher doucement.
  • Pour plus d’un défi, on peut aussi tourner la tête et le tronc vers ce même côté.

Comme vous devenez plus fort, essayez de bouger le bras affecté d’une façon plus active, dépendant de moins en moins de l’autre bras. 

Soulever une canne :

  • Comme l’exercice précédent, commencer par tenir les deux bouts de la canne dans les mains. 
  • Soulever les deux bras, utilisant le bras indemne pour aider le bras affecté si nécessaire.
  • Si nécessaire, utilisez un miroir pour assurer qu’on ne hausse pas l’épaule affectée pendant cette motion. 

Les exercices pour rétablir les jambes

Vous pouvez aussi incorporer des exercices pour rétablir les jambes à votre programme d’entraînement à la maison après un AVC. Ils peuvent aider votre marche, votre équilibre et aussi fortifier vos muscles. 

Flexion de la hanche :

  • Commencer assis.
  • Utiliser les mains pour soulever la jambe affectée vers la poitrine.
  • La tenir pendant quelques secondes avant de la remettre doucement.
  • Répéter l’exercice avec l’autre jambe.

Si vous pouvez faire cet exercice activement, répétez-le en alternant les jambes comme si vous seriez en train de marcher au pas.   

Serrer les genoux :

Cet exercice isométrique aide à fortifier les jambes et l’intérieur des cuisses (les adducteurs), ainsi qu’à renverser l’atrophie musculaire après un AVC.

  • Faire deux poings.
  • Les placer côte à côte entre les genoux.
  • Serrer lentement les poings entre les genoux, et tenir cette pose autant que possible.
  • Tout relâcher et répéter l’exercice. 

Exercices pour améliorer le noyau

Les exercices qui améliorent le noyau sont essentiels au rétablissement après un AVC parce qu’ils impliquent une amélioration de l’équilibre et de la marche, ainsi qu’une réduction du risque de tomber. En fait, la fortification du noyau aide ainsi à stabiliser tout le corps. 

Tourner le tronc :

  • Commencer assis.
  • Poser la main droite en haut de votre cuisse gauche.
  • Utilisant le bras, tourner le torse vers la gauche, gardant le dos droit et ne tournant pas plus qu’on peut supporter.
  • Se remettre, et répéter l’exercice dans l’autre direction.

Genoux à la poitrine :

  • Commencer assis ou allongé, d’une façon confortable.
  • Soulever les genoux à la poitrine.
  • Tenir la jambe gauche de la main gauche, et étendre la jambe droite vers le sol.
  • Soulever la jambe droite encore vers la poitrine.
  • Répéter l’exercice en alternant les jambes.

Concentrez-vous sur l’utilisation du noyau et ses muscles pour soulever votre jambe, pas seulement les muscles de la jambe. Puis, serrez les muscles de votre noyau et étendez la jambe. 

Comme vous trouvez et ajoutez des exercices à votre programme d’entraînement, soyez conscient de vos buts et de votre niveau de compétence. On peut toujours faire des versions passives de tous ces exercices en demandant l’assistance d’un thérapeute ou soignant, ou on peut les faire activement tout seul. 

Les appareils qui transforment l’entraînement après un AVC en jeu

Suivre un programme d’entraînement à la maison peut s’avérer difficile, en particulier si le programme n’est que peu intéressant ou que vous manquez de motivation. Heureusement, les avancements technologiques ont développé de nouveaux produits qui peuvent vous aider et vous encourager à accomplir le haut niveau de répétition nécessaire à la rééducation. 

Par exemple, le FitMi est un appareil conçu exprès pour rétablir la mobilité de tout le corps après un AVC. Il s’agit d’un programme d’entraînement interactif qui vous aide à viser les différents groupes musculaires, y compris le noyau, les mains, les bras et les jambes, et tout selon votre niveau de compétence. Le FitMi suit aussi vos progrès et va débloquer de nouveaux exercices plus difficiles en tant que vous avancez.

Voici l’histoire d’un survivant d’AVC qui a commencé à utiliser le FitMi à la maison :

« J’ai eu un AVC en novembre dernier, et après que mon assurance a cessé de payer ma thérapie, je suis devenu un peu déprimé. Puis ma femme a trouvé le FitMi en ligne, et nous avons pris la décision de l’essayer. J’en suis très reconnaissant. Je suis de retour au combat ! Je suis vraiment en train de m’améliorer ! Ce programme me donne une très grande motivation, un très bon entraînement, et il m’encourage à faire tant de répétitions ! Merci, Flint Rehab, c’est précisément ce dont j’avais besoin, et au bon moment aussi. »

– James L.

Le FitMi est un fantastique appareil pour les survivants en toute étape du rétablissement. Soit que vous soyez en train de participer à la thérapie, soit vous en êtes sorti il y a longtemps, le FitMi serait une bonne addition à votre programme d’entraînement après un AVC. Il peut vous aider à vous remettre sur la bonne voie et à activer votre rééducation, tout comme il faisait pour James.   

S’engager à un programme d’entraînement à la maison après un AVC

Tandis que c’est très bon de participer à la thérapie une fois par semaine, cela n’est pas souvent assez pour atteindre le haut niveau de répétition dont on a besoin après un AVC. Alors, entretenir un bon programme d’entraînement à la maison est essentiel pour stimuler la neuroplasticité et maximiser la rééducation. 

Un AVC est une blessure complexe, qui peut apporter diverses séquelles, telles qu’une hémiplégie ou une spasticité. Heureusement, on peut gérer et réduire ces effets en suivant assidument la rééducation, en particulier à la maison. 

Nous espérons que cet article vous a aidé à comprendre l’importance de créer un programme d’entraînement à la maison après un AVC, et qu’il vous a encouragé à explorer ces exercices. 

Vous alimenter : obtenir un livre électronique gratuit sur les exercices de rééducation (25 pages en PDF)

les exercices de tout le corps

Acquérir notre livre électronique gratuit, rempli de 25 pages d’exercices de rééducation qui figurent des photos des thérapeutes agréés.  S’inscrire ci-dessous pout obtenir une copie !

Jamais nous ne vendions votre adresse mail ni vous envoyions des spam : nous vous le garantissons.  

Devenir inspiré par l’histoire d’un survivant d’AVC

Maman s’améliore tous les jours !

« Dès que ma mère, âgée de 84 ans, a subi un AVC le 2 mai, elle manquait complétement le contrôle de son côté droit.  Mais grâce à son équipe médicale de soutien, à son équipe thérapeutique et sa famille, tous travaillant ensemble, elle s’est procurée des résultats remarquables.

Tandis qu’elle lutte encore avec son côté droit, elle peut marcher (avec de l’aide) et la capacité de son bras droit s’améliore de plus en plus.  Pour l’aider, nous avons investi dans le paquet FitMi + MusicGlove + Tablette l’août dernier.

Elle s’active lorsqu’on le lui apporte et elle l’utilise pour 20-30 minutes et, même qu’elle n’ait pas la force pour tout exercice, elle rocke ce dont elle est capable.

Merci d’avoir créé de tels puissants outils pour nous aider à améliorer les patients d’AVC.  Ce que vous faites nous importe fort ! »

– David M. Holt